Free ShipmentWarranty 24 monthsMade in Italy

The Pond - Ocarina's Blog

Danser partout et avec tout – e témoignage de notre collaborateur blogueur et danseur: Estelle Serres

La danse fait partie de ma vie, de nos vies à tous et ce, depuis des millénaires. On retrouve des traces d’exécutions de danses dès la préhistoire, au paléolithique, grâce à des peintures rupestres. La danse est un art qui est donc ancré dans l’histoire de l’humanité depuis ses débuts. Elle a divers rôles, divers objectifs mais elle est là, bien présente. Mais que serait la danse sans musique ? Quand on cherche des définitions de la danse, la musique en fait partie intégrante bien qu’on puisse danser en silence si on le souhaite !

Danser est naturel, inné si je puis dire. Il suffit d’observer un bébé qui tout juste debout, commence à se dandiner en rythme et en cadence dès qu’il entend une mélodie qui lui plaît.

Quels bénéfices a la danse sur notre santé physique et mentale ?

La danse permet de développer la créativité, la mémoire, la motricité (renforcement musculaire, assouplissement, endurance, équilibre, contrôle et maîtrise de son corps). Pratiquer une activité physique permet de libérer de la dopamine (hormone du plaisir et de la vigilance), des endorphines (neurotransmetteurs agissant comme antidouleurs et donnant une sensation d’euphorie), de l’adrénaline et de la noradrénaline (hormones du stress permettant de nous motiver et de nous lancer). La danse permet de se dépenser, de s’exprimer, de prendre confiance en soi et de prendre du plaisir, tout simplement.

Comment favoriser la danse chez l’enfant ?

Dans mes ateliers d’éveil sensori-moteur aussi bien qu’à la maison avec ma fille, j’utilise divers outils pour favoriser le mouvement, la danse.

1) La musique
Avoir envie de se mettre en mouvement quand on entend de la musique, un rythme, une mélodie est une réaction primitive. Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l’université de Caen explique qu’avant d’arriver dans les régions temporales de notre cerveau, au-dessus des oreilles, les informations sonores passent par le conduit auditif, évidemment, puis par le tronc cérébral. Il y a une relation importante entre les régions motrices et auditives qui font que quand on entend un rythme cadencé, cela active la région de la motricité. Selon François-Xavier Vrait, musicothérapeute, plus les fréquences sont basses, plus elles touchent le bas du corps. Pour favoriser le mouvement, on va privilégier les musiques avec un tempo assez rapide, de 120 battements par minutes qui permet d’augmenter légèrement le rythme cardiaque afin de danser sans trop se fatiguer. Plus les basses sont fortes, plus on amplifie la force acoustique et la musique se ressent jusque dans nos viscères. Attention tout de même au volume sonore selon l’âge des enfants.

2) Le mimétisme
Danser avec son/un enfant lui permet d’oser se lancer, de partager un moment ensemble mais également de lui donner du vocabulaire gestuel. Un bébé commence par se dandiner d’un côté à l’autre ou de bas en haut, puis le reste vient en grande partie de son environnement culturel. Par mimétisme, l’enfant va reproduire ce qu’il voit, s’en inspirer pour ensuite développer sa créativité. Plus on est
« bon danseur », plus on permet à l’enfant de développer son vocabulaire gestuel. On peut très bien s’inspirer des différentes démarches des animaux, donner des images visuelles comme le fait de marcher comme avec des chaussures à talons, d’aller toucher le ciel avec ses mains, d’onduler comme une feuille morte poussée par le vent etc etc … Danser ensemble, en groupe ou en duo est un réel moment de partage et de convivialité. L’objectif, par la suite et surtout en grandissant, est d’arriver à faire abstraction des autres pour se concentrer sur soi, ses mouvements, ses sensations.

3) Manipuler un engin
Manipuler un engin permet d’induire le mouvement, ça marche aussi bien avec les enfants que les adultes. On se concentre sur l’objet et on se laisse entraîner par son mouvement et par la musique. Ancienne gymnaste rythmique, je suis plutôt très sensible à la manipulation d’engins et j’utilise donc des accessoires dans mes ateliers pour favoriser l’expression corporelle. Je m’inspire de la méthode Medau, l’ancêtre de la GR, « le mouvement rythmo-organique » dont l’Allemand Heinrich Medau est à l’initiative dans les années 1920. Je suis également influencée par Delsarte, Duncan, Dalcroze. J’ai un BAC L option Danse et j’ai pas mal travaillé sur l’engin comme créateur de mouvement, de geste pendant mes études et puis grâce à ma mère aussi, professeur et danseuse contemporaine.

Un bébé qui commence à marcher peut déjà utiliser des engins pour se mettre en mouvement. Il suffit de donner quelques exemples par mimétisme et c’est parti. J’utilise le plus souvent des foulards légers et colorés, plus ou moins grands mais aussi des anneaux de danse, des cerceaux, des cordes, des rubans, des balles et ballons. Plus grands, on peut utiliser des objets du quotidien comme une chaise, une caisse, une brosse à cheveux ou je ne sais quoi d’autre.

4) L’environnement
Un dernier point qui me semble intéressant à développer c’est l’influence de l’environnement. Avant 2 ans, un enfant n’est pas embêté par les sentiments de honte, d’embarras ou de culpabilité car cela vient avec ce que l’on nomme, la co-conscience de soi. Les peurs sociales, les craintes des moqueries, la peur d’avoir l’air bête ou de rater apparaissent d’avantages vers 6-12 ans, avec l’école primaire. Il me semble important de booster la confiance en soi d’un enfant et de lui permettre de s’exprimer comme il le souhaite. La danse étant un excellent moyen d’expression et de créativité, permettre à l’enfant de danser où il veut, quand il veut et comme il veut me semble essentiel pour favoriser un bon développement. Cultiver le côté inné et naturel de la danse, apprendre à faire abstraction des autres tout en s’inspirant de ce qui nous entoure me semble sain et bénéfique. Pour cultiver la confiance en soi, l’éducation, la bienveillance, l’exemplarité sont des points importants. Pour la créativité, permettre à son enfant de s’exprimer dans divers environnements seul ou avec vous, peut être une grande source d’inspiration. Par exemple, pourquoi ne pas aller se promener en forêt et se mettre à danser au milieu des arbres et de la végétation ? Pourquoi ne pas se mettre à danser au milieu d’une place ou en pleine rue ?

Pour conclure, j’ai un petit secret, je trouve que l’Ocarina Music Player permet de mettre en place les 4 outils que j’ai développés dans mon article. Avec l’Ocarina, on peut avoir de la musique à portée de main où que nous soyons, un objet qui peut être manipulé par l’enfant, que l’on peut écouter seul ou à plusieurs pour partager ou laisser libre court à ses mouvements, quel que soit l’environnement dans lequel on est (sauf bien sûr dans un lieu où le calme et le silence sont de mises;) ). A présent, fermez l’ordinateur ou posez votre tablette/smartphone et allez danser !

Nous remercions Estelle Serres pour son témoignage

Estelle Serres est adepte de la danse contemporaine et de la gymnastique rythmique, animatrice d’éveil sensori-moteur et blogueuse :http://babymat.fr

Nous suivons la vidéo dans laquelle estelle parle de danser avec des enfants:

La musique pour rêver, grandir, se construire: le témoignage de la sage-femme Marina Salomé

« Toute petite, mes parents m’ont mis entre les mains un magnétophone, aux jolies couleurs primaires, et comprenant un petit micro pour s’enregistrer.
Très vite, ce magnétophone est devenu mon compagnon de route, et surtout mon compagnon de nuit. Pas un soir où je ne me couchais sans lui. A l’intérieur, j’y glissais beaucoup de cassettes d’Anne Sylvestre, mais aussi de Steve Waring, Henri Dès, ou Marlène Jobert dont la voix à la fois tendre et presque rocailleuse me contait l’histoire du Petit Poucet ou de Blanche Neige. Ces voix, ces sons, me rassuraient. Les chansons faisaient partie de ma vie, les personnages racontés étaient mes amis et stimulaient mon imagination.

Je n’aimais généralement pas aller au lit : cela signait la fin de la journée, des amusements, des découvertes. Cela signifiait que mes parents allaient passer du temps ensemble sans moi. J’avais l’impression de rater quelque chose. La musique et les contes m’ont permis de ne pas me sentir seule. J’avais besoin de bruit, de sons pour pouvoir m’apaiser. J’ai très vite compris comment insérer la cassette dans le bon sens. Il fallait parfois la rembobiner. J’étais maîtresse de cet objet que j’avais apprivoisé. Un sentiment d’intense satisfaction me transportait dès l’instant où j’appuyais sur le bouton « Play ». Alors la magie commençait. Un univers s’ouvrait à moi.

Perchée sur ma mezzanine, je me laissais porter, bercer par les sons. Dans mon petit univers, sous ma couette, je m’ouvrais au monde, à sa diversité, à sa richesse. La musique a accompagné la petite fille que j’étais vers le monde des grands. Comme un filet solide de sécurité, une chose vers laquelle je pourrais toujours me tourner.

Aujourd’hui, je suis sage-femme. Au quotidien, je conseille aux parents de familiariser leurs bébés avec la musique. Les bébés ont souvent besoin de sentir une présence, cela les rassure, les sécurise. Ocarina peut proposer cela dès la naissance, en complément d’un accompagnement bienveillant des parents, avec toute une série de sons déjà inclus pour les nouveau-nés (bruits blancs, bruits de la nature…). La musique peut accompagner la journée des bébés, ou les aider à s’endormir, et ce en toute sécurité et sans écran, car l’excès de stimulation n’est pas bon pour leur développement.

Grâce à l’Ocarina, les enfants peuvent transporter des sons relaxants, de la musique, des contes dans leurs univers secrets. Ils peuvent se construire, en toute intimité, pour pouvoir ensuite mieux explorer le monde et le dévorer avec plaisir ».

Nous remercions Marina Salomé pour son témoignage. Marina est une sage-femme, vit à Paris et travaille avec des femmes enceintes, des mères qui viennent d’accoucher et des nouveau-nés.

Les enfants de l’ère numérique: réflexions sur le rapport 2017 Unicef

à le Playstation, toujours connectées à Internet, avec le smartphone à portée de main: sont les natifs numériques, les enfants nés après 2001 pour lesquels la vie virtuelle et la vie réelle sont souvent entrelacées, avec des bordures très floues. C’est le dernier rapport annuel de l’UNICEF que confirme cette situation sans aucun doute  «La situation de l’enfance dans le monde 2017: les enfants dans un monde numérique», publié fin décembre 2017. Les données sont claires:
Un internaute sur trois dans le monde est un enfant le 71% des jeunes dans le monde sont connectés et dans les pays les plus développés un adolescent envoie environ 4000 messages par mois en moyenne, un toutes les six minutes!

Que font les enfants en ligne?
Partout dans le monde, les utilisateurs connectés à Internet deviennent de plus en plus jeunes et mobiles. Les données des pays à connectivité élevée indiquent que les enfants commencent à utiliser Internet à un âge de plus en plus précoce: en moyenne à 10 ans et dans certains pays, par exemple en Bulgarie à l’âge de 7 ans.

Aux États-Unis, le 92% des adolescents âgés de 13 à 17 ans déclarent accéder en ligne tous les jours à des appareils mobiles. La situation en Europe est très similaire: les enfants accèdent à Internet depuis plusieurs sites et utilisent différents appareils, en particulier les smartphones, mais aussi des ordinateurs fixes et portables, des tablettes et des consoles de jeux.

Bien que les enfants et les adolescents soient des pionniers du numérique, la gamme d’activités qu’ils effectuent en ligne semble plutôt limitée. D’après une étude menée en 2016 en Afrique du Sud, au Chili et en Bulgarie, au Centre de recherche Innocenti Unicef​​, à la London School of Economics et au réseau EU Kids Online, les enfants surfent principalement en ligne pour s’amuser et communiquer.
En particulier, les adolescents adorent les médias sociaux sur mobile pour pouvoir communiquer en paix avec leurs pairs, souvent dans l’intimité de leur chambre ou chez des amis. Le résultat est un accès en ligne plus personnel, plus privé et moins contrôlé et donc moins sécurisé.
Le rapport de l’Unicef ​​souligne comment Internet augmente la vulnérabilité des jeunes face à une série de risques, notamment l’accès à des contenus préjudiciables, la cyberintimidation et l’utilisation abusive de leurs informations et images personnelles.
Les données sont claires: en 2016, un total de 57 335 URL (adresse web) contenait du matériel pédopornographique. Parmi ceux-ci, 60% étaient hébergés sur des serveurs situés en Europe et 37% en Amérique du Nord. 53% des enfants abusés et exploités pour produire ce contenu ont 10 ans ou moins. Le nombre d’images d’enfants de 11 à 15 ans augmente: de 30% en 2015 à 45% en 2016.

Un appel à la sécurité contre les risques du monde numérique
Malheureusement, trop peu a été fait pour protéger les jeunes contre les risques du monde numérique et pour augmenter leur accès à un contenu en ligne sécurisé. «Seule l’action collective des gouvernements, du secteur privé, des organisations d’enfants, des universités, des familles – écrit le rapport de l’association internationale pour les enfants – peut rendre l’espace numérique plus accessible et plus sûr pour les enfants “.

Tout d’abord le marché des jouets et des dispositifs technologiques pour les enfants doit être réglementé. Ces dernières années, iPhone, iPod et iPad, équipés de technologies initialement destinées aux adultes sont devenus les jouets les plus recherchés par les jeunes. Les enfants jouent avec des tablettes, des smartphones et d’autres appareils parlants avant même d’apprendre à marcher ou à s’exprimer. Dans cette perspective, la très mauvaise réglementation dans le secteur ne fait qu’accélérer l’innovation continue des fabricants de jouets et de l’industrie technologique, qui avance plus vite que les parents ne peuvent le comprendre, les groupes de consommateurs peuvent conseiller et les gouvernements légiférer. De l’utilisation des jouets intelligents qui écoutent les enfants pendant qu’ils jouent, à l’utilisation habituelle d’Amazon Echo jusqu’à la grande quantité de logiciels et de matériel utilisés autour d’eux, même les enfants les plus jeunes vivent dans un monde toujours connecté. Cela soulève des questions importantes sur l’invasion de la vie privée et de la sécurité à la maison et en ligne, ainsi que de sérieuses inquiétudes sur ce que les entreprises peuvent faire avec les informations enregistrées par les jouets, comment ces informations peuvent être utilisées et protégées. D’autre part, les parents et même les enseignants n’ont souvent pas les outils pour protéger les enfants contre les risques possibles qui pourraient courir dans le réseau ou pour leur apprendre à avoir une pensée critique sur l’utilisation des nouvelles technologies. Ce n’est pas par hasard que dans le rapport de l’Unicef ​​à la question «Comment avez-vous appris à utiliser Internet?» 42% des enfants ont répondu qu’ils avaient appris par eux-mêmes, tandis que 39% – principalement des jeunes vivant dans des pays à faible revenu ont appris de ses amis ou de ses frères.
Dans le même temps, même l’école semble ne pas être à la hauteur de son temps: les adolescents ont en effet déclaré que l’utilisation de la technologie dans les écoles est nettement derrière la pratique numérique en dehors des heures de classe.

Signaux de changement
Bien qu’il y ait encore beaucoup à faire à propos de la dépendance «numérique» des enfants et des adolescents, certains signes de changement semblent venir. En Europe et aux Etats-Unis, la controverse s’intensifie sur le smarthphone et la dépendance sociale des enfants et des adolescents, souvent liée à l’augmentation de la dépression et des suicides.

Il y a quelques jours, la lettre envoyée à Apple par deux de ses principaux actionnaires, le gérant Jana partners et le fonds de pension des enseignants californiens Calstrs, dans laquelle la société est invitée à prendre des contre-mesures pour empêcher les enfants et les adolescents devenir « junkies » des smartphones. Toujours dans la lettre, rapidement interceptée et publiée par le Wall Street Journal, il est demandé de fournir des lignes directrices précises aux parents et de développer un logiciel qui aidera le «contrôle parental».
Début décembre, Facebook a décidé de faire face à ce problème en lançant dans le marché américain Messenger Kids, une application qui permet d’échanger des messages dès la plus jeune âge, mais sous contrôle parental.
Il a également annoncé le choix du gouvernement français d’interdire les smartphones de toutes les écoles primaires et secondaires de première instance. Dans une interview accordée au Figaro, le responsable du ministère de l’Education a annoncé que « dans neuf mois, les téléphones devront être éteints dès qu’ils auront franchi la porte de l’école et pas seulement pendant les cours ».
Dans le même temps, les projets et les cours destinés aux parents et aux formateurs sont de plus en plus fréquents, dans le but de réfléchir sur les implications de l’utilisation des nouvelles technologies chez les enfants, en favorisant une exposition modulée ou même une désintoxication.

La Détox Digitale des enfants par Bloom
Ocarina est née en choisissant de refuser vidéo, connectivité Web et affichage tactile. Une mission soutenue et partagée aussi par les réalités avec lesquelles elle collabore. Tout d’abord, Bloom, la radio des enfants qui propose de nos jours une belle et certainement utile initiative destinée aux parents qui ressentent le besoin de démarrer un «régime numérique» pour eux et leurs enfants. C’est un programme qui vise à libérer les enfants des écrans: à partir de Février 2018, tous les jours, pendant un mois seront suggérés des jeux, des spectacles, des recettes culinaires, des danses à partager avec la famille. Mais aussi des informations, des conseils pour une vie sans écran ou presque. Si vous êtes intéressé et souhaitez plus d’informations visitez la page fb Bloom.

Il fine settimana di Ocarina #59 BookCity Milano

Questo fine settimana torna la nuova edizione di BookCity Milano con un programma ricco di incontri, presentazioni, dialoghi, letture ad alta voce, mostre, spettacoli, seminari, tutti dedicati alla lettura come esperienza di valore.

Tra gli oltre 1000 eventi proposti, molti sono dedicati ai più piccoli. Di seguito vi proponiamo un guida veloce degli appuntamenti adatti ai bambini in età pre scolare.

Si inizia già giovedì 16, alle 18.00, presso l’Oasi del Piccolo Lettore, con l’incontro Gattobrutto e la sua illustratrice, una lettura e laboratorio di disegno per bambini che amano i gatti brutti tanto quelli belli, a cura dell’illustratrice Silvia Oriana Colombo. (Per bambini dai 3 anni in su). 

Gli appuntamenti continuano venerdì 17 alle 10,00, presso il Circolo della Letteratura e delle Arti di Milano, con Le favole nell’antico Egitto tra animali parlanti e magia. Letture, approfondimenti e gioco (3-6 anni).
Nel pomeriggio, alle 17,30 presso la Giocomotiva di via Zocchi, non perdetevi invece  Ninne Nanne per dire sogniamo (2 -6 anni): si parla di Ninniamo, la prima antologia che offre tanti spunti per ninne nanne, in cui vengono esaltate le qualità terapeutiche del canto più antico del mondo usato per accompagnare i bambini al sonno. Alla lettura delle ninne nanne segue un laboratorio sulle emozioni, con Dome Bulfaro e Francesca Genti

Sabato 18 la giornata inizia presso la Biblioteca Zara con Mamma lingua: letture dal mondo: letture ad alta voce e canti per bambini da 2 a 6 anni in italiano, spagnolo e arabo. In biblioteca è esposta la mostra Mamma Lingua: 127 libri per bambini in età prescolare nelle principali lingue straniere parlate a Milano.
Alle 10,30, presso il Teatro del Buratto in Maciachini,
  è in programma il laboratorio Diventa protagonista di una favola (dai 3-6 anni) a cura della piccola casa editrice MyBoo srl. In un mondo in cui si legge sempre meno, la missione di MyBoo è rendere il libro un oggetto vicino al bambino, fatto su misura per lui, in modo da trasmettergli la passione e il piacere della lettura.
Alle 14,30, sempre presso il Teatro del Buratto, si tiene Burattinando nel paese Chenonsai (3-12 anni). L’autrice Mirella Bolondi, l’illustratrice Francesca Drusian e la curatrice Chiara Bezzi racconteranno il libro Nel paese Chenonsai, attraverso la magia del teatro in miniatura. Nell’arco dell’intero pomeriggio si susseguiranno le drammatizzazioni con i burattini e i laboratori gratuiti creativi finalizzati alla creazione di “burattini a dita” in pannolenci con i personaggi della storia.
Alle 15,30 presso Accademia di Musica piccoli Mozart i bambini saranno invitati ad un viaggio sonoro particolare Alla scoperta degli strumenti musicali (4-10 anni): come può “suonare” un libro? Durante le tappe del viaggio verranno presentati alcuni strumenti musicali con esecuzioni dal vivo. Pianoforte e batteria,  violino e voce, flauto e chitarra da ascoltare e vedere da vicino e…anche da provare! 

La nostra selezione degli eventi per bambini piccoli a Bookcity si conclude domenica 19 alle 16,30 con Giochiamo a imparare la musica, il laboratorio musicale di Andrea Cappellari che si terrà presso il Magazzino Musica – MaMu. L’iniziativa si pone l’obiettivo di introdurre progressivamente il giovane pubblico nel mondo musicale, in forma ludica, coinvolgente e alla portata di tutti.

Per conoscere il calendario completo e aggiornato consultare il sito ufficiale di BookCity Milano. Tutti gli eventi sono a ingresso gratuito; per alcuni è prevista un’iscrizione anticipata.

La musique comme renaissance. L’histoire de l’Orchestre des enfants fondée par Abreu

Aujourd’hui nous voulons vous raconter une belle histoire née au Venezuela il y a 40 ans. En 1975 l’économiste et musicien José Antonio Abreu a fondé un système de modèle éducatif et musical qui garantit un accès libre et ouvert à la musique pour les enfants de tous les milieux de vie. Le système a pour but principal la protection des enfants et des jeunes à travers l’engagement et l’étude de la musique, à savoir, la prévention des comportements anti-sociaux et criminels. Un valeur artistique et sociale en même temps. José Antonio Abreu a commencé avec l’idée de racheter les jeunes de son pays, mais à ce jour, la «Fundación del Estado para système el des mineurs et Orquesta Infantil de Venezuela» est devenu beaucoup plus, ce qui est un modèle pour l’ensemble de l’Amérique du Sud et pour tous les pays occidentaux. En Italie, il y a seulement six ans, il est né le Sistema delle Orchestre e dei Cori Giovanili e Infantili dans le but de propager l’enseignement de la musique comme une réponse aux difficultés qui affectent la jeunesse. Déjà plus de 8500 enfants et les enfants italiens, âgés de 4 à 16 ans, participant à la croissance de ce projet social, réunis en 44 noyaux orchestrales répartis dans 14 régions italiennes.

04SISTEMA2-popup

Même l’École de musique de Fiesole parraine elle, comme beaucoup d’autres réalités dispersées dans toute l’Italie. Dans le quartier de Piagge, en collaboration avec l’école secondaire Duca d’Aosta et Unicoop Scuola, il est né le projet d’orchestre Mammamù. Maman Musique, avec de la musique au centre comme un instrument efficace d’intégration. Comme dit par le maître Antonello Farulli: “le critère qui a commandé les idées inspirantes du programme de formation était que la privation avant même l’inconfort et les marges est la cause de la plupart des problèmes de développement intellectuel de l’individu. Son-Mouvement-Esprit est le chemin humain. De la voix de la mère, par le mouvement, il naît l’esprit, la pensée. Notre travail consiste à retracer l’être humain dans le sens opposé. De l’esprit par le mouvement, nous venons au son. Nous essayons donc de solliciter chez les enfants toute la perception que d’une certaine manière l’environnement n’a pas sollicité en eux. Étudier la musique, être né de nouveau d’une telle éducation perceptive. Pour PIAGGE comme à Ramallah, en Palestine, au Venezuela, mais aussi à Medellin en Colombie des Narcos, ou le Mexique plutôt que dans Brooklyn, la musique indique le chemin qui conduit les êtres humains de la peur à la liberté “.

Si vous devais le souhait d’aller dans les détails, nous vous recommandons le documentaire sur El Sistema, dirigé par Alberto Arvelo, intitulé Tocar y Luchar (2004) et celle de Helmut Failoni et Francesco Merini “L’autre voix de la musique. Voyager avec Claudio Abbado entre Caracas et la Havane “(2006) et le film “El Sistema. Musique pour changer la vie” (2008) par Paul Smaczny et Mary Stodtmeier.

 

Voyagez avec des enfants

Voyager fait partie des besoins de l’homme à connaître et à développer la curiosité et l’imagination. Les enfants sont bien quand les parents sont heureux et ce sentiment de tranquillité est transmise à eux tous les jours. Partir à la découverte de nouvelles sensations elle tombe entre les émotions «bonnes» que l’enfant respire a le côté des parents. Les enfants plus jeunes ont le don inné d’adaptation aux situations, l’important est qu’ils sont pris en charge par des adultes sereins qui ne vivent une atmosphère positive. Vous choisissez la mer comme l’année dernière ou vous lancer dans une nouvelle aventure? Rappelez-vous qu’il n’y a pas de destinations privilégiées que d’autres pour voyager avec des enfants. Il est important de donner la priorité à des situations où même les plus jeunes peuvent trouver intérêt et se sentir à l’aise. Le voyage contribue à faire vivre une expérience de nouvelles, de découverte et d’approfondissement que peut être rarement connu si on reste à la maison dans l’environnement habituel. Partir signifie regarder le monde avec de nouveaux yeux comme ceux de notre petit et découvrir avec eux des lieux inexplorés avec la même magie.
Il y a cinq bonnes raisons pour partir avec Ocarina:
Pour enregistrer les sons et les pensées
Pour se endormir par le bruit
Pour développer l’histoire et la narration
Pour câliner partout
Pour le rassurer avec le son de la «maison»

Ocarina est passionné de voyage. Le voyage depuis sa création a été l’élément clé du projet. L’idée est née il y a cinq ans de l’expérience d’une jeune famille florentine qui a testé le premier ancêtre de Ocarina lors d’un voyage au Cambodge.
Qu’il est la mer ou la montagne la votre destination, le premier lecteur de musique conçu pour les plus petits est l’amie idéal à prendre sur le pouce. Mobile, polyvalent et durable est synonyme de sécurité, parce que fait en Italie avec des matériaux non toxiques. Voyager avec Ocarina vous permet d’enregistrer des sons et des pensées. Ocarina plonge vos enfants dans une situation calme et sûr, faisant de lui “respirer” l’air de la maison tout en voyageant. Fermez vos yeux et Ocarina vous ramène à la maison. Et rappelez-vous, chère maman et papa, peu importe aller trop loin parce que voyager est une condition, il suffit de le faire avec curiosité et découverte!

Donc? Plan le prochain voyage, Ocarina sera heureuse de vous accompagner!

Fête de la Musique et est déjà l’été. Win Ocarina avec Evian!

La Fête de la Musique est un grand événement populaire qui a lieu chaque année le 21 Juin dans de nombreuses villes dans le monde. Née en France en 1982 par célébrer le solstice d’été est l’événement par excellence dédié à tous les amateurs de musique, professionnels et amateurs qui partagent leur amour pour la musique. La Fête implique nombreuses villes européennes et est largement répandu dans le monde entier. Chaque rue est plein de magie qui est créé grâce à ceux qui aime la musique dans toutes les formes et les déclinaison. La principale caractéristique du festival est la spontanéité qui vient du désir de jouer et de partagerlibrement. Cette édition 2016 en Italie est pris en charge pour la première fois par le ministère du Patrimoine culturel et de la Culture et du Tourisme et de la SIAE.

Du nord au sud d’Europe sont nombreuses les villes qui aujourd’hui va mettre la musique au centre et il y a nombreux événements dédiés à elle. De Paris à Barcelone, de Londres à Atene à Berlin chacune des villes célèbrent la musique à sa façon. De nombreux concerts dans les rues, les places, les jardins, les cours, palais, musées et châteaux au rythme du jazz, soul, funk, rock, et de plus genres de musique marquants encore le temp de cette journée spéciale.

Ocarina aime et le supports la Fête de la Musique qui met la musique au centre et la célébrer sous toutesses formes: une occasion spéciale de fête qui nous aide à rappeler un jour de plus l’importance que joue la musique dans la vie des gens quelles que soient les différences apparentes telles que démographiques ou culturel

Pour célébrer la musique vouz pouvez faire encore plus, en participant à la compétition Evian où vous pouvez gagner Ocarina. Jouer est simple et amusant: Racontez en un mots quelle musique ecoute votre bébé. Vous pouvez partecipate jusqu’au 13 Juillet! http: //www.papa-mamanevian.fr/campaigns/bebe_part_a_laventure/register.html

Aujourd’hui plus que jamais, célébrons la musique tous ensemble!

Pourquoi les bruits blancs concilient le sommeil de nos enfants?

Pourquoi les bruits blancs concilient le sommeil de nos enfants? De nombreuses études analysant le sommeil des enfants de plus en plus parlent des avantages de le soi-disant «bruit blanc». Mais comment ce genre de bruit agissent sur les enfants?
Que soit le bruit de la hotte de cuisine ou le son de la sécheuse nos chiots dorment tranquille dans les bras de Morphée. Ces sons ont le pouvoir de limiter l’attention sour le sons déterminés et de lasser les enfants se relaxer . Nous pouvons tester la même chose lors d’un dîner dans une salle à manger d’un restaurant complet; le bruit de fond est un son qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, égaye le sommeil des enfants. Même dans la nature il y a des bruits blancs, nous pensons à la pluie ou à les chutes d’eau douce dans les montagnes. La principale caractéristique du bruit blanc est sa répétitivité et uniformité qui aident le cerveau à ignorer les fréquences stimulants et à détenter du corps et aussi l’esprit. Le son, comme la lumière blanche, il est pour toutes les couleurs, est la somme de toutes les fréquences audibles à laquelle le son répété de l’aspirateur ou de l’eau que le flux est très proche.
Le pédiatre Harvey Karp dit que les blancs sont les mêmes bruits que les bébés écoutent dans l’utérus de sa mère. Une étude scientifique des nourrissons publiés dans Archives of Disease dans l’Enfance montre que les enfants exposés a un bruit blanc étaient plus de trois fois plus susceptibles de se endormir dans cinq minutes que les enfants non soumis à le bruit. “Mais il ne faut pas exagérer – prévient pédiatre du développement Oliviero Bruni – sur le temps d’exposition et le volume d’écoute  – et continue à expliquer que – il est pas tout à fait clair pourquoi le bruit blanc fonctionne.” Sur de nombreuses occasions, cependant, peuvent se révéler des gilets de sauvetage pour les parents qui, après plusieurs tentatives ne parviennent pas à apaiser le chiot agité. Allumer un sèche-cheveux peut libérer la magie et l’enchantement que notre enfant va trouver la tranquillité et quelques instants plus tard peut-être même dormir. L’aide de bruit blanc a été constaté même à Buckingham Palace, où il est apparu que, incroyable, même le Prince George dans ses premiers mois de vie, aimait se détendre et se endormir avec le bruit de l’eau qui descend du robinet!

FOG – Le Festival des orchestres de jeunes

Ocarina est heureuse de partager l’amour pour la musique. Rien de plus beau et sincère de cette belle histoire née à Florence en 1999 par l’Académie Ecole de Musique de San Felice. Le Festival des orchestres de jeunes, FOG, né avec l’intention de promouvoir la musique et donner aux jeunes musiciens du monde entier la possibilité de vivre une expérience musicale unique à Florence et dans la Toscane. Le lieu principal du festival est la Loggia dei Lanzi en Piazza della Signoria à Florence, mais nombreux sont les lieux étonnants dans lesquelles vive le Festival: Lucca, Prato, San Gimignano, Montecatini Terme, Perugia et Assisi. Le festival est arrivé à sa 18e édition et comprend 11 orchestres non-professionnels de tout le monde. Depuis sa création, et chaque année de plus en plus le Festival pousse tant en termes de participation des orchestres de jeunes que de spectateurs.

Chaque orchestre participant au festival a la possibilité de jouer dans un petit tour dans ces belles villes.L’âge moyen des musiciens est 12 -18 ans. Tous les partecipants ont la possibilité d’apporter leur passion pour la musique dans lieux célèbres, de musées à ciel ouvert. En plus de programmer et de promouvoir le festival qui a lieu en Juillet, FOG organise également tournée de concerts autour de l’Italie pour promouvoir l’échange de musique sur le territoire italien.

Ici, la musique parle vraiment d’une seule langue. Chaque soir, Il se met en marche la magie parce que la musique crée la socialisation. Les concerts sont tous accès libre et gratuit. Nous vous recommandons de ne pas l’avez échappé!

Les Orchestres participants cette année sont:

NUS Symphony Orchestra (Singapore, 57 musicisti)

Greater Bridgeport Youth Orchestra (USA, 50 musicisti)

Musikgymnasiumsochester Graz (Austria, 38 musicisti)

Cork Youth Orchestra (Irland, 120 musicisti)

Orchestra Cupiditas (Italy, 50 musicisti)

Viotta Symphony Orchestra (The Netherlands, 75 musicisti)

Royal Symphonic Wind Orchestra “Vooruit” (Belgium, 75 musicisti)

Dutch Youth String Orchestra (The Netherlands, 20 musicisti)

Frysk Jeugd Orkest (The Netherlands, 66 musicisti)

Jugendphilharmonie Ludwigsburg (Germany, 60 musicisti)

Prochains concerts:

22 luglio 21,00 | Cortile Federico II – Cremona
Dutch Youth String Orchestra
program: P. Hellendaal, H. Andriessen, S. Barber, A. Vivaldi, A. Piazzolla, N. Rota
violon: Hawijch Elders
directeur: Carel den Hertog

23 luglio 21,15 | Loggia dei Lanzi
Jugendphilharmonie Ludwigsburg
program: P.I. Tschaikowski, F. Mendelsshon Bartholdy, A. Dvorak
violon: Joana Oster
directeur: Dietrich Schoeller-Manno

26 luglio 21,15 | Terme Tettuccio
Jugendphilharmonie Ludwigsburg
program: P.I. Tschaikowski, F. Mendelsshon Bartholdy, A. Dvorak
violon: Joana Oster
directeur: Dietrich Schoeller-Manno

25 luglio 21,15 | Biblioteca Lazzerini – Prato
Jugendphilharmonie Ludwigsburg
program: P.I. Tschaikowski, F. Mendelsshon Bartholdy, A. Dvorak
violon: Joana Oster
directeur: Dietrich Schoeller-Manno

24 luglio 21,00 | Castello Cortile Estivo – Bentivoglio
NUS Symphony Orchestra
program: G.Rossini, L.v. Beethoven, S. Prokofiev, A. Vivaldi, C. Gounod, T.S. Liu
directeur: Lim Soon Lee

Per maggiori informazioni leggere il programma completo

Pour voir le programme complet