La musique pour rêver, grandir, se construire: le témoignage de la sage-femme Marina Salomé

« Toute petite, mes parents m’ont mis entre les mains un magnétophone, aux jolies couleurs primaires, et comprenant un petit micro pour s’enregistrer.
Très vite, ce magnétophone est devenu mon compagnon de route, et surtout mon compagnon de nuit. Pas un soir où je ne me couchais sans lui. A l’intérieur, j’y glissais beaucoup de cassettes d’Anne Sylvestre, mais aussi de Steve Waring, Henri Dès, ou Marlène Jobert dont la voix à la fois tendre et presque rocailleuse me contait l’histoire du Petit Poucet ou de Blanche Neige. Ces voix, ces sons, me rassuraient. Les chansons faisaient partie de ma vie, les personnages racontés étaient mes amis et stimulaient mon imagination.

Je n’aimais généralement pas aller au lit : cela signait la fin de la journée, des amusements, des découvertes. Cela signifiait que mes parents allaient passer du temps ensemble sans moi. J’avais l’impression de rater quelque chose. La musique et les contes m’ont permis de ne pas me sentir seule. J’avais besoin de bruit, de sons pour pouvoir m’apaiser. J’ai très vite compris comment insérer la cassette dans le bon sens. Il fallait parfois la rembobiner. J’étais maîtresse de cet objet que j’avais apprivoisé. Un sentiment d’intense satisfaction me transportait dès l’instant où j’appuyais sur le bouton « Play ». Alors la magie commençait. Un univers s’ouvrait à moi.

Perchée sur ma mezzanine, je me laissais porter, bercer par les sons. Dans mon petit univers, sous ma couette, je m’ouvrais au monde, à sa diversité, à sa richesse. La musique a accompagné la petite fille que j’étais vers le monde des grands. Comme un filet solide de sécurité, une chose vers laquelle je pourrais toujours me tourner.

Aujourd’hui, je suis sage-femme. Au quotidien, je conseille aux parents de familiariser leurs bébés avec la musique. Les bébés ont souvent besoin de sentir une présence, cela les rassure, les sécurise. Ocarina peut proposer cela dès la naissance, en complément d’un accompagnement bienveillant des parents, avec toute une série de sons déjà inclus pour les nouveau-nés (bruits blancs, bruits de la nature…). La musique peut accompagner la journée des bébés, ou les aider à s’endormir, et ce en toute sécurité et sans écran, car l’excès de stimulation n’est pas bon pour leur développement.

Grâce à l’Ocarina, les enfants peuvent transporter des sons relaxants, de la musique, des contes dans leurs univers secrets. Ils peuvent se construire, en toute intimité, pour pouvoir ensuite mieux explorer le monde et le dévorer avec plaisir ».

Nous remercions Marina Salomé pour son témoignage. Marina est une sage-femme, vit à Paris et travaille avec des femmes enceintes, des mères qui viennent d’accoucher et des nouveau-nés.